Thailande M-1

Premier article voyage avec notre prochain grand voyage en compagnie de l’Homme en Thailande ! C’est la première destination hors Europe que je fais et j’en suis toute émoustillay !

Billets pris depuis le mois de Février, nous composons le parcours au jour le jour jusqu’à notre grand départ le 7 août.

  • Durée : du 7 au 21 août soit 13 jours sur place et deux jours de voyage
  • Compagnie aérienne : Aeroflot avec passage par Moscou pour la traversée et Air Asia pour les vols internes
  • Etat d’esprit : moitié découverte, moitié farniente, pas forcément totale sac à dos pour garder un minimum de confort mais pas non plus en mode princesse Sissi all inclusive
  • Météo : pas au top du top, saison des pluies
  • Guides de voyage : Le Routard pour le moment, notre smartphone avec les applis qui vont bien (booking, Tripadvisor) et j’espère choper un Lonely Planet

> Le parcours

Difficile de faire un parcours équilibré sur seulement quinze jours sur place, surtout qu’en Thailande on veut tout voir !! On a booké d’avance nos vols et déplacements sur place (en espérant que tout se passe comme prévu) pour cadrer un peu le séjour tout en se laissant des libertés sur place.

Jour 1 : 7 août -> Départ de Paris vers Bangkok en passant par Moscou ! Décollage à 10h30, arrivée à Bangkok à 8h30 du matin le lendemain #pasdormirbeaucoup

Jour 2 : 8 août -> Choc thermique, visite de Bangkok, premier hôtel en mode chic luxe avec rooftop, c’est le premier kiff des vacances !

20-rooftop-bars-you-must-see-in-bangkok

Jour 3 : 9 août -> Avion le matin vers Chiang Mai (seulement 1H de vol et 25€, l’avion vaut le coup là bas !)

Jour 3 à 8 -> du 9 aout 14 août : le Nord -> Chiang mai !! Pas de programme ni d’hôtel précis, on se laisse 5 jours plein sur place pour visiter et se laisser guider. On espère survivre à la Tourista. Seule envie : rencontrer les éléphants du Elephant Nature Park : un parc qui recueille et soigne les éléphants, ici on ne monte pas sur leur dos, on se contente de passer une journée à leur côté ! Total Brigitte Bardot friendly ! Autre envie, tester un cours de cuisine Thai, une demi journée avec passage au marché et chacun son wok miaaam. Pour le reste rien n’est acté, il y aura du temple, du trek et un peu de détente ! Le 14 août le soir on repart vers Bangkok pour une petite nuit (moins cher de passer par Bangkok que d’aller directement à notre prochaine destination).

old-town-chiang-mai

Jour 9 à jour 14 : du 15 au 20 août : le Sud -> Direction la province de Surat Thani ! On a fait ce choix côté golfe après moult conseils pour éviter une météo désastreuse qu’on aurait trouvé côté Phuket. Juste après l’avion, un petit bus nous emmènera sur un ferry direction Koh Phangan ! L’ile des full moon party !! Ici on cherche le farniente, la détente et la fête pour l’anniversaire de l’Homme ! Pas de programme précis ! Dernier jour on repart vers Bangkok. #farniente

Koh-Phangan-1

Jour 15 : le 21 août -> Retour vers Paris, toujours en passant par Moscou, arrivée à 20h30 et reprise du boulot le lendemain à 9h #héouais #onestpasdesfaibles

> Le budget

On va essayer de le tenir serré mais sans oublier de se faire plaisir, la Thailande c’est un pays peu cher donc l’objectif c’est massage un jour sur deux 🙂 ! Voici pour le moment le budget avancé pour 1 personne :

  • Billets d’avion : 800€ l’AR, c’est cher car c’est le mois d’août
  • Billets d’avion sur place + ferry : 180€, pour deux AR et le ferry AR vers Koh Phangan, cherchez pas c’est imbattable !
  • Budget prévu sur place : 500€ : hôtel, activité et bouffe, ajustable évidemment au besoin

Soit 1500€ pour deux semaines de vacances à l’autre bout du monde avec liberté maximum contrairement à un tour opérator !

Je ferai un prochain article sur les must have à avoir dans son sac à dos !

Je tenais à remercier particulièrement Ninon, Axel et Marie-Laure pour leurs conseils voyages avisés, ça nous a permis de faire un parcours aux petits oignons !! 🙂

Publicités

La fraise connection

Pour le jeu de mot du titre, tout le copyright revient à Quentin Perchais !

Comme certains le savent déjà, j’ai passé une petite année entre fraiseuse, découpe laser, poussière, bois et joyeux bordel à WoMa, une fabrique de quartier située dans le 19ème arrondissement. Pour ceux qui ne connaissent pas, lire mon article ici ou allez voir leur site.

Pendant 1 an, j’ai développé la communication de l’espace mais je me suis également frotté à des personnes qui sont en train de repenser nos façons de consommer et fabriquer de manière durable (oui le mot qui va bien). Chacun à sa manière, fab manager, architecte, designer, créateur, starteupeur (2.0 tout ça) apporte sa petite pierre à l’édifice. Je pense à des personnes comme Lunii, Dood, Marion Chombart de Lauwe, Monsieur Barbier, Makerbox (que des articles à écrire)… mais aujourd’hui, de façon complètement non objective, je vais parler de ma formation en fraisage numérique que j’ai effectué avec Clément Langelin, ce qui me permettra de faire un petit coup de promo à un jeune architecte devenu ami durant cette folle année avec la pieuvre WoMa ! Lire la suite

Radiohead et l’animation : l’amour de l’imaginaire

Ceux qui me connaissent bien savent que si je ne devais choisir qu’un seul groupe ce serait sans doute Radiohead et son leader Thom Yorke, parfaitement sain d’esprit et de corps.

 

 

 

 

 

Après une disparition bien marketée d’internet, teasing évident de la sortie imminente du prochain album, réapparition avec trois minis vidéos sur Instagram. Et enfin, le clip de Burn the Witch sur Youtube et le site internet du groupe. Lire la suite

Music saved my life – août 2015

Non seulement je ne publie pratiquement plus… mais en plus je reviens avec de la musique. C’est encore août, la rentrée approche, les grandes attentes, les décisions aussi… et rien de tel pour oublier qu’un bon morceau bien placé. Quelques coups de coeur de l’année (avec des vieux trucs aussi) à écouter ou réecouter. Pour les motiver vous pouvez suivre ma playlist Deezer par ici !

What Went Down / Foals

#latueriedelannée #rock #bougetoncul #2015annéefoals


Why Make Sens / Hot Chip

#unpeudelectro #unpeuderock #coupdecoeur


Goodbye feat Lyse / Feder

#ouaisçavoussurprend #insolite #electro #mainstreem #maisjaimequandmême


Cream on Chrome / Ratatat

#ilssontderetours #sansmauvaistour #electro #inspirant


Reflections / Django Django

#albumdelannée #durdechoisirunmorceau #electro #rock #ilssontbonscesenglish


Let it Happen / Tame Impala

#plusbeaumorceaudelunivers #versionlonguecestmieux #psychédélique #envoutant


Dpt of Disappearance / Jason Lytle

#exgrandaddy #voixenvoutante #nouvelabumquiclaque #calme #OKLM #auborddeleau


20/20 / Gaz Coombes

#exsupergrass #belalbum #oklmaussi #coupdecoeur2015

Une nouvelle expo pour Bruno Lavelle / 2Lfactory

Bruno Lavelle expose à la bibliothèque de l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard du 13 avril au 15 mai.

Le travail exposé, que j’apprécie tout particulièrement malgré ma non objectivité, est réalisé selon un protocole consistant en une sélection (quasi) systématique d’un cliché en une du quotidien le Monde et d’un mot ou d’un élément de texte pris (presque) au hasard sur la page. Les deux sont combinés en un dessin à la mine de plomb sur calque.

Plus de dessins sur son blog et son site !

unnamed

Working + making = WoMa

Premier article de 2015 (bonne année, bonne santé, tout ça tout ça) et début de nouvelles aventures dans mes pérégrinations professionnelles ! Et c’est à WoMa que ça se passe !

Logo White

WoMa, mais qu’est-ce que c’est donc ? Une abréviation de Working & Making, WoMa c’est un fablab mais pas que, un espace de coworking mais pas que, un espace de collaboration mais pas que. WoMa c’est un mix de design, d’artisanat, de communication, d’architecture, de sociologie (si si)… Une auberge espagnole de la fabrication. Un joyeux bordel organisé du bricoleur. Bref WoMa c’est un espace hybride où chacun peut trouver sa place !


Situé dans le 19ème arrondissement de Paris, WoMa offre aux créatifs et makers – indépendants, starts up, entreprises et particuliers, tous les outils et ressources utiles au développement de leurs projets de design, d’architecture, d’art et d’objets connectés

– un espace de travail et de fabrication de 200 m2 sur deux niveaux, machines à commande numérique, outillage traditionnel et petite électronique.

– une équipe capable d’agréger au sein de sa communauté tous les savoirs et savoirs-faire, au travers d’accompagnement, d’une programmation d’ateliers et d’événements de networking.

WoMa est un tiers-lieu inscrit au sein de l’éco-système des espaces de coworking et des makerspaces. Il est né de la volonté de sept entrepreneurs indépendants (au top niveau !) – architectes, designers, ingénieurs, sociologue, auteur et communiquant – qui ont ressenti le besoin de proposer de nouveaux modèles de conception collaborative et de production locale. Avec WoMa, en conjuguant l’accès à un espace physique et à une plateforme en ligne, on peut accéder à un réseau de compétences, de lieux partenaires, de ressources partagées et veiller sur la fabrication numérique et l’innovation collaborative. Parce que ces nouvelles perspectives passionnent les créateurs de WoMa, ils aspirent à façonner ce qui leur donne envie de travailler et de vivre ensemble, en rapprochant idées, matières et individus.

Concrètement, à WoMa, on peut faire quoi ?

> venir travailler et profiter d’une ambiance collaborative et de faire de nouvelles rencontres

> venir fabriquer son meuble, son porte-clé, son projet créa (tout est possible) sur mesure avec une équipe qui produit ou forme ceux qui le souhaitent à leurs outils (fraiseuse numérique, découper laser, imprimante 3D)

> apprendre grâce à des cycles de formation sur les machines de l’espace

> privatiser le lieu pour des événements au top dans un espace atypique du XIXème arrondissement

> assister à des événements en lien avec l’esprit collaboratif !

Et le café est toujours chaud, avec un accueil chaleureux, sourire aux lèvres car les fondateurs sont avant tout des passionnés et ça, ça change tout !

Moi dans tout ça, je m’occupe de la communication, du développement, des événements, bref je viens en soutien à cette belle équipe pour faire de WoMa the place to be en 2015.

Si ça vous botte, on est sur facebook et twitter. Sinon consultez le site web c’est déjà cool !

hello@woma.fr -> si ça vous botte, que vous avez des questions, des envies… !

Quelques images qui résument au mieux l’esprit WoMa 🙂 !

WoMa, Paris, France, 2014

4. Making

6. Working

2. Espace_travail

30. Formation

Faim d’année

Retour demain dans mes confins alsaciens, vous souhaitant de bonnes dindes et autres indigestions. N’oubliez pas le Citrate de Bétaine, Gavisconel et Spasfon (industrie pharmaceutique copyright)… vos amis des fêtes !

Je reviens en janvier à fond les ballons, avec une nouvelle aventure… mais vous en saurez plus en 2015 !

Belles fêtes de fin d’année !

famille_noel_050

Xmas Marketing : mon top 10 des Calendriers de l’Avent !

De mémoire d’alsacienne, le calendrier de l’Avent était assez peu connu au delà des frontières de la Lorraine… lors de mon passage à Avignon il y a 4 ans, je me souviens des yeux ébahis face à mon petit sapin cousu et mes 24 cases de patience remplies de chocolat… On ne peut pas leur en vouloir, le Calendrier de l’Avent est allemand ! Il est arrivé au XIXème siècle dans certaines familles protestantes, destiné à faire patienter les enfant, l’idée de départ était de distribuer des images pieuses jusqu’au 25 décembre. Le XXème siècle a ajouté les chocolats mais cela est resté une tradition germanique (et en Alsace on aime bien prendre les traditions germaniques, surtout les jours fériés)

1470152_10202004361444780_68291248_n        ob_21c7d9e8b7b4557febac7e1826746418_calendrier-de-l-avent1

À gauche, mon Calendrier de l’Avent, acheté et cousu main en Alsace, à droite une version plus contemporaine !

Et puis, depuis 2/3 ans, j’ai vu apparaître des calendriers de l’Avent partout… au delà des traditionnels Kinder au Monoprix du coin, ce sont des calendriers numériques qui sont crées chaque année sur Facebook ou sur site web dédié…

Je ne me risquerai pas à une analyse ou une critique de cette utilisation marketing d’une tradition allemande religieuse (Noël est un concept marketing en soi) et j’avoue me laisser tenter volontiers par ces petits calendriers et les lots qu’on peut y gagner. Au delà des calendriers des grandes marques (Promod, Naf Naf…) dont le but est de créer un petit jeu concours ou des bons cadeaux à gagner, les institutions (culturelles ou non) ont elles aussi leur petit calendrier ! Quel intérêt ? Finalement le même que pour n’importe quel produit de consommation : se donner une visibilité, toucher un public différent, apporter du ludique dans le rapport à l’institution, faire un clin d’oeil à Noël, faire gagner des lots mais aussi apporter de l’information d’une manière décalée… bref autant de raisons qui poussent des stratèges du social média avec leur community manager à créer un onglet sur la page Facebook, un site web dédié au jeu ou intégré à l’existant et à animer le tout durant le mois de décembre.

Je vous propose mon Top des calendriers de l’avent de cette année, après ce sera à vous de jouer pour y participer !

1. Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Sur Facebook. Je ne peux pas passer à côté d’une de mes institutions préférées qui depuis 3 ans a développée une belle et vraie stratégie social media (grâce notamment à l’imagination du service communication et de Claire Gayet, que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors d’un petit dej bloggueur !). Ils nous ont régalés pendant la coupe du monde d’un tumblr graphique fabuleux et original face à cet événement. Impossible donc de passer à côté du Calendrier de l’Avent ! Utilisation simple, un cadeau à gagner par jour, il faut gratter pour découvrir. Au delà d’un graphisme un peu faible (sans doute du à l’application facebook), c’est simple et on y retourne comme pour le chocolat (à bon entendeur, je ne fais que perdre !)


2. Calendrier du domaine public. Site web. Une belle nouveauté cette année, un calendrier « teasing » pour découvrir quels auteurs verront leurs oeuvres rentrer dans le domaine public dès janvier 2015. Rien à gagner si ce n’est de l’info. Chaque auteur est détaillé par un auteur différent ! Il ne s’agit pas d’une simple bio mais bien d’une chronique de la vie et l’oeuvre de l’auteur. Bref, c’est utile et c’est beau, que demander de plus ?


3. Musée National des Beaux-Arts du Québec. Sur Facebook. Au delà de l’Atlantique aussi on aime ouvrir des petites portes tous les jours. Ici pas d’applications Facebook, chaque jour, le calendrier et son prix sont affichés sur la page, il suffit de liker et partager pour tenter de remporter le gain. Moins ludique mais surtout gratuit ! Car les applications facebook ont un coût !


4. Google. Site web. Google nous régale au quotidien avec ses logos qui changent et ses petits jeux, pour l’Avent, on n’y coupe pas : un site rempli de mini-jeux, de vidéos et d’informations méconnues sur Noël sur fond de poursuite du père Noël dans un univers coloré et dynamique. Rien à gagner, tout pour le fun et l’info !


5. Cinéma. Site web. Dans la série dafuq ? Le calendrier des films de Noël réalisé par trois Yaourts. C’est kitsch à souhait mais ça ne mange pas de pain… et ça a le mérite de donner des idées pour vos soirées pyjamas.


6. Libération. Intégré au site. Libération propose de revenir chaque jour sur les bons moments de l’année 2014. Il y a 31 cases (car 24 c’est trop peu). Ils ont déjà abordé Philae et Thomas Piketty. L’idée est belle, dommage que rien n’ait été crée spécifiquement pour cela (un onglet special, un site dédié). Toujours rien à gagner si ce n’est se souvenir qu’il n’y a pas eu que des choses mauvaises cette année.


7. Calendrier de l’Avent des Indépendants du Jeu Vidéo. Site web. Plusieurs développeurs de jeux ont décidé de s’unir sur ce calendrier de l’Avent (en anglais) qui propose d’offrir des cadeaux aux joueurs tout en leur faisant découvrir un développeur de jeu. Étant baignée dans l’univers du jeu au quotidien (c’est ça un conjoint qui travaille à Quantic Dream), j’ai trouvé ce calendrier extrêmement bien fait et rend tout le mérite à ces travailleurs qui ne comptent jamais leurs heures !


8. L’avent des gifs. Site web. C’est l’agence Peexeo qui surfe sur la vague des gifs et des calendriers de l’avent en proposant de découvrir chaque jour un gif. Le site est lent (perso mon google chrome a largement bugué) mais ça fait toujours son effet.


9. British Museum. Sur Facebook. Pour le British : du simple sur Facebook, découvrir chaque jour une pièce du musée en suivant le hashtag #BMAdventCalendar. Rien de révolutionnaire, usage simple du calendrier pour faire découvrir le musée. Simple et efficace mais un peu trop… triste ?


10. 24 jours de web. Site web. Le pitch ? Le calendrier de l’avent des gens qui font le web d’après. Chaque jour, des articles Creative Commons dont les sujets ont été choisis après un appel sur Twitter. 24 jours de web est un site collaboratif organisé par Rémi Parmentier de HTeuMeuLeu, et basé sur une idée originale de Drew McLellan pour 24ways.org (pour les amis anglophones). Pour que l’utile soit également généreux, cette année le site se met en partenariat avec une association « Un Pas vers la Vie » et incite à faire un don. Si vous passez un certain montant de dons vous pouvez même repartir avec des ouvrages sur le web ! Bref c’est tout bon !

Voilà j’espère que cette petite sélection vous plaira, n’hésitez pas à partager vos calendriers de l’avent qu’ils soient culturels ou non ! Je n’ai pas mentionné ceux des grandes marques mais sachez que je suis ceux de marques de vêtements au quotidien (j’espère bien remporter des bons shopping !). Je vous souhaite 24 jours remplis d’infos, de culture et de gain jusqu’à Noël !

ClicMuse : la médiation innovante & digitale

Museomix ce n’est pas seulement un hacking de musée, c’est avant tout un espace de rencontre. Cela m’a permis de croiser la route de nouvelles personnes et personnalités du domaine du digital, de la culture et de la communication… Aube Lebel est tout ça à la fois, j’ai pu voir naître son projet ClicMuse : une nouvelle offre innovante de médiation numérique.

Fort d’un super website aujourd’hui, je me suis attelée à la tâche il y a quelques mois pour produire à Aube un flyer qui résumerait au mieux l’esprit et le but de ClicMuse.

A5-v2_Page_1        A5-v2_Page_2 Lire la suite

Music saved my life – Novembre 2014

Les journées sont longues, le temps est gris, l’humeur est maussade… premier article musical sur ce site en constante construction (site, CV, blog, humeur… je me rapproche du skyblog ou bien ?). Petit sélection spéciale YouTube de mes sélections musicales du mois. C’est pas forcément des nouveautés, c’est pas forcément joyeux mais ça fait vibrer. Si ça vous plait, vous pouvez me suivre sur Deezer !

Ingenue – Atoms for Peace 

#dépressif #thomyorkedansecommeunpied #automnal


Where no Eagles Fly – Julian Casablanca & The Voidz

#supervénère #julianetlavoixcassée #expulselarageentoi #badass


A Heartbreak – Angus & Julia Stone

#calme #posé #çaendortlesbébés #mignon #mélancolique


Keep your lips sealed – The Do

#envoutant #crescendo #çatemportedanslemétro


Hunger of the Pine – Alt J

#ballade #psycho #payetonsampledemylercyrus


Seneca’s Silence – Get Well Soon

#calme #triste #pasmalpourdesallemands


Explodes – Kasabian

#baboom #lesgeniesdumoment #jechialemaracedavoirratéleconcert


Endors toi – Tame Impala

#pasenviededormirnon #psychédélique #delabombe


My Desire – Interpol

#ilssontderetour #voixsombre #impressiondêtredansunecave


The Gradevigger’s song – Mark Lanegan

#pfioucettevoix #epousemoi #rocknrollbaby


The Listener – Roger Molls

#electro #nompasvendeur #planant