Retour sur expérience // la sophrologie

Certains le savent, le début d’année a été particulièrement difficile pour plusieurs raisons, mais nous mettrons ça sur un traditionnel « passage à vide » de l’hiver. J’ai donc eu besoin de trouver des moyens de me sentir davantage en paix avec moi même et de retrouver un équilibre que j’avais perdu. J’avais des millions de questionnements dans ma tête et j’avais du mal à reprendre le cours normal des choses. Sans entrer dans les détails, ce n’était pas une période très rose. C’est ma sœur qui a évoqué la sophrologie et m’a incité à essayer. Suite à cela, j’ai eu le contact d’une sophrologue par ma tata et je me suis lancée.

Quoi de mieux qu’une belle photo de la mer retirée et détendue pour parler relaxation ! Photo : SoLavL

La sophrologie, kécecé ?

Le point étymologie : Sophrologie vient du grec ancien σῶς / sôs (« bien portant »), φρήν / phrến (« conscience ») et -λογία / -logía (« étude »). Pour résumer la sophrologie c’est « étudier » les moyens pour devenir « bien portant » par la « conscience ». Avec mes mots, il s’agit d’une technique de développement personnel qui vise à ramener une personne qui souffre d’une douleur psychique, psychique, psychologique à un état lui permettant de gérer ses émotions et ses douleurs grâce à des techniques de respiration et de relaxation.  Suite quelques recherches dans l’internet, je vois qu’il y a diverses méthodes et approches, la sophrologie peut s’accompagner d’un suivi psychologique ou psychiatrique, certains peuvent pratiquer l’hypnose…

Ce que j’ai eu l’occasion de faire avec ma sophrologue, ce sont différentes techniques de relaxation et de visualisation, correspondant à ce que je souhaitais travailler, sur plusieurs séances. Chaque sophrologue aura ses propres manières de procéder, je vous parlerai moi de ce que j’ai fait avec ma sophrologue.

Pour ceux qui me connaissent un peu, je suis quelqu’un de plutôt « sceptique » et pas forcément ouverte et sensibilisée à tout ce qui est yoga, relaxation, respiration… j’associe cela, à tort, à quelque chose d’un peu « hippie », à un effet de mode du « faut être bien dans sa vie et dans sa tête ». Je ne partais pas forcément gagnante et cette expérience m’a plutôt agréablement surprise et m’a fait voir les choses différemment.

Pour qui ?

Bah pour tout le monde en fait. Ce n’est pas un « truc de gonzesse » comme certains peuvent le dire (j’ai réellement entendu cette expression… misère… !) tout comme les psys, le yoga ou autre… C’est pour toute personne qui souhaite aller mieux, se libérer d’une addiction, d’une angoisse, d’une peur… Je reprendrai le texte du site de ma Sophrologue Véronique Souchet qui donne une liste non exhaustive de ce que permet de faire la Sophrologie :

« Elle permet de mieux gérer les différentes étapes de la vie.

Elle permet de gérer son stress, la douleur, les émotions.

Elle permet de se débarrasser des phobies, addictions

Elle accompagne les personnes acouphéniques. 

Elle permet de retrouver le sommeil, l’estime de soi, le lâcher prise. 

Elle accompagne dans la préparation mentale les sportifs, les artistes, les étudiants à la veille de concours ou examens. 

Elle permet de rester concentré, attentif. 
Elle accompagne les femmes avant et après l’accouchement. 

Elle accompagne les adolescents ( complexes/ morosités/ rebellions/ exclusion/ inhibition/ flechissement scolaire ). 

Elle permet de gérer les problèmes alimentaires.  »

Déroulé des séances / Mon expérience

J’ai effectué 8 séances rapprochées sur 1 mois et demi. J’ai eu la chance de pouvoir faire cela à domicile, cela permet d’être dans une zone de confort. Il faut impérativement être seuls chez soi donc on évite le coloc qui boit ses bières ou le compagnon devant Touche pas à mon Poste (cela dit s’il regarde TPMP posez vous des questions…). La première séance a duré 2h, le temps de se connaitre et de pouvoir expliquer ce sur quoi je souhaitais travailler. Pour résumer au plus large : le stress et les angoisses du quotidien. Cette séance tient lieu « d’initiation », cela permet de vérifier que l’on « matche » bien avec son ou sa sophrologue, un peu comme pour un psy, il faut se sentir en confiance. La mienne m’a mis à l’aise dans la minute et les mots les plus importants ont été évoqués : bienveillance et zéro jugement. Cela fait un bien fou de se dire qu’une personne est là pour soi, sans à priori et dans l’optique réelle de vous aider à aller mieux. À la fin de l’échange, quelques premiers exercices de relaxation et une visualisation (j’explique davantage plus loin).

Photo : SoLavL

Les séances qui ont suivi abordaient chacune des thématiques qui m’étaient propre : ramener le calme, évacuer les tensions, retrouver le dynamisme… À chaque début de séance, 15 minutes de discussion : expliquer comment on se sent etc, bilan des exercices fait à la maison (oui parce que la sophrologue n’est qu’un accompagnant, l’essentiel du boulot est à effectuer soi-même, au quotidien) puis deux temps :

  • les exercices de relaxation : série d’exercices effectués à la suite, guidé par le sophrologue, yeux fermés pour la plupart, respiration bloquée.
  • La visualisation : allongé sur son lit ou canapé, le sophrologue vient nous amener à la détente et au calme, en détaillant nos points d’appui du corps par exemple. Puis il nous emmène dans un univers qui nous plait et dont on aura parlé en première séance, pour le coup c’est très personnel.

Suite à cela, éveil de la visualisation et discussion sur les ressentis. Personnellement, à ce moment là je suis vidée et complètement détendue. Le mieux est de ne rien prévoir le soir même pour conserver ce moment de calme. Tout l’intérêt de le faire à domicile étant de ne pas se remettre dans le stress des déplacements.

Ce que j’en ai pensé

Sincèrement, cette expérience a été une révélation pour moi. J’ai pu travailler sur des chose que j’avais besoin de travailler depuis bien longtemps, notamment sur le stress. Pour le coup, cela permet d’avoir des « tips » pour se sortir de moments difficiles, des montées d’angoisse, des moments de tristesse etc. Déjouer les émotions pour reprendre le dessus. Cela parle à tout le monde : du stress des exams à la dépression, la sophrologie est véritablement un accompagnement. Je trouve cela dommage que cela ne soit pas ou extrêmement peu remboursé par les mutuelles, la mienne accepte en « médecine douce » les psys, les ostéopathes (et encore 4×25€ sur 1 an, on va pas aller loin)… mais pas la sophrologie… or je peux vous assurer que bon nombre de soucis physiques sont partis grâce à cela, ce qui a économisé plusieurs passages chez le médecin à la sécu… Il faut voir ce type de médecine comme un rempart à certaines pathologies.

Je tenais à remercier encore Véronique Souchet pour m’avoir accompagné durant ces deux derniers mois. Si vous avez besoin en ce moment de trouver les moyens d’aller mieux, n’hésitez pas à la contacter, elle consulte à domicile sur Paris. Pour 60€ la séance, ce qui équivaut à un prix classique psy ou osthéo dans la capitale, sauf qu’elle vient chez vous et ça c’est chouette !

Pour en savoir plus
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s