2Lfactory : une nouvelle exposition !

Un mauvais goût vivant est préférable à un bon goût mort

Cela faisait 6 ans qu’il n’avait pas exposé, Bruno Lavelle alias 2lfactory alias professeur d’arts appliqués alias mon père expose cette année du 03 octobre au 28 novembre à l’Artothèque de Montbéliard. Je profite donc de cette nouvelle pour parler un peu de l’artiste en citant ses propres mots, ils datent de 1998 mais ça ne change pas… ou presque ! En attendant si le coeur vous en dit venez visiter son site : 2lfactory.com et n’hésitez pas à passer voir son exposition « Maîtres anciens » si vous êtes de passage à Montbéliard (le nouveau Saint Tropez). Si vous êtes galeriste, collectionneur d’art ou simple curieux, n’hésitez pas à me solliciter, il est toujours en quête de nouveaux lieux où exposer ! N’hésitez pas à suivre l’actu sur sa page facebook ! carton-lavelle-1 « Ma volonté de peindre remonte – comme c’est surprenant! – à l’enfance…  Rassurez-vous, je ne vous servirai pas le poncif du déterminisme enfantin, du syndrome Van Gogh, de la passion naissante!… Plus prosaïquement, la pratique picturale, telle que je me l’imaginais, et telle que l’inconscient collectif l’envisageait, représentait pour mon jeune esprit le moyen le plus élégant de voir des femmes totalement nues (le métier de médecin me semblant inaccessible et j’étais trop sujet au vertige pour devenir laveur de carreaux…). Il faut dire que mes connaissances picturales, à l’âge de sept ans, se limitaient àl’Enlèvement des Sabines, la Mort de Sardanapale et l’Olympia de Manet que Mr Larousse nous présentait comme les oeuvres marquantes de l’invention de la peinture moderne… (Il y avait également une Odalisque de Matisse, mais je trouvais ça très mal peint…) On peut donc dire que je suis devenu peintre suite à un malentendu: J’ai constaté par la suite que j’étais né sans doute un siècle trop tard, mais le goût de la peinture m’est resté. Après avoir appris successivement qu’un tableau est un ensemble de couleurs dans un certain ordre assemblées, que c’est le regardeur qui fait le tableau, que l’art est mort et que ce que je vois n’est pas une pipe, j’ai décidé de devenir peintre de genre: peindre des vanités à la fin du XX° me semble représenter une attitude intellectuellement satisfaisante… Je dois avouer – à ma très grande honte – que l’art conceptuel contemporain m’ennuie un peu, mais je ne peux non plus me satisfaire d’une peinture seulement contemplative, séduisante, et – il faut bien payer son tribut à Mr Marcel- bêtement rétinienne. Comprenez alors qu’il ne me reste plus que l’ironie, valeur ajoutée à la représentation d’une nature-morte au sens propre du terme: l’image d’une image de la nature, l’image d’un objet dé-naturé …Barbie contre Olympia, GartenZwerg contre le Moïse de Michel-Ange… »

306539_476030715795010_293062052_n 395985_476030762461672_711467971_n 312334_477704052294343_917745677_n 44717_483254345072647_377858304_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s