Exposer l’architecture pour le grand public : utopie ?

« L’architecture est le grand livre de l’humanité, l’expression principale de l’homme à ses divers états de développement, soit comme force, soit comme intelligence. » Victor Hugo, extrait de notre dame de Paris.

© Agathe Azzis / L'Internaute Magazine

© Agathe Azzis / L’Internaute Magazine

Pour mon premier article spécial #teamarchi, je voulais revenir sur un sujet qui m’a beaucoup interpellé lors de mes études en École d’Architecture et en Master Stratégie de Développement Culturel. Celui de l’architecture exposée. Une question m’a toujours taraudé : les expositions d’architecture sont-elles vraiment accessibles au grand public ?

Pour rappel, selon Pascal Amphoux, l’architecture n’existe que dans des procédures d’exposition (exposé au lieu, au climat, dans la ville…). Pour lui, exposer l’architecture relève du pléonasme, mais il explique qu’un bâtiment qui est exposé au sens où nous l’entendons n’est qu’une réplique. Exposer signifie «poser hors de». De fait, exposer l’architecture c’est la poser hors de son contexte d’origine : à la fois spatial, social et temporel. L’exposition devient, selon Pascal Amphoux, une «dis-position», une sorte de déplacement physique. Il existe alors trois types d’expositions de
l’architecture : un déplacement physique, une reproduction matérielle ou une simulation.

Lors de mon mémoire de fin d’études, j’étudiais et analysais la présence des outils de l’architecture (plans, coupes, maquette etc) comme outil de médiation dans les expositions d’architecture. Ma recherche s’était penché sur la Cité de l’Architecture et du Patrimoine autour de trois expositions : la Galerie des Moulages, La Galerie d’Architecture moderne et contemporaine ainsi que l’exposition temporaire « Vers de Nouveaux Logements Sociaux ». Je cherchais à comprendre comment était faite ces expositions, en m’interrogeant notamment sur la présence des outils de l’architecte tout au long des expositions, quand on sait le nombre d’année d’études qu’il faut pour comprendre une coupe, se repérer en plan… J’ai ainsi pu voir que les outils de l’architecture revêtent plusieurs fonctions qui peuvent perturber le public lors de sa visite.

> Outil de médiation/de représentation : que ce soit les plans, coupes et maquettes, images 3D, ces outils permettent de faire comprendre un édifice, un bâtiment au public.

> Enjeu historique et patrimonial : ces mêmes outils sont parfois « d’époque », issus de fonds d’archives, ils sont donc à la fois « oeuvre » mais également « outil de médiation », cette double fonction tend à perturber le public sur ce qu’il voit. C’est le cas des maquettes qui sont objets de médiation et objets d’art.

Ainsi, les différences d’utilisation des outils de  l’architecture et leur polyfonctionnalité semblent venir  de la conception même de ces expositions. Les architectes vont davantage utiliser les outils dit propres à l’architecture (plan, coupe, élévation, maquette) là où les conservateurs et médiateurs vont privilégier les outils iconiques (photographies, maquettes, schémas). Dans les deux cas, l’ambigüité demeure, les outils de l’architecture ont diverses fonctions qui rendent leur compréhension difficile pour un public non averti. La présence du plan ou de la maquette, à la fois comme objet de médiation et d’expôt, donne à l’objet un caractère particulier. En tant qu’objet patrimonial, a-t’il son « aura » ? En tant qu’objet de médiation, est-il efficace ? Que penser de cette maquette, à la fois impressionnante de mise en œuvre (pour les moulages) mais aussi intéressante pour ce qu’elle montre ? Est-ce que cette double fonction n’est-elle pas difficile à comprendre pour le public ? Ne se sent-il pas démuni face à cet objet dont il ne comprend pas bien la fonction ? Cette maquette est sous verre as t’elle plus de valeur que telle autre ? Cette polyfonctionnalité est-elle nuisible à la compréhension du parcours de l’exposition ? Dès lors, est-ce à l’architecte d’expliquer l’architecture ?

Cette dernière question, peut en fâcher plus d’un, qui mieux que l’architecture pourrait parler de l’architecture ? Pourtant, si les architectes disposent du savoir scientifique du métier et de son histoire, sont-ils vraiment à même de réaliser une exposition « grand public » de l’architecture ? Si nous prenons l’exemple des expositions scientifiques : ceux qui conçoivent l’exposition, muséographes et scénographes, consultent les spécialistes scientifiques sur un sujet donné, avant de chercher tous les moyens scénographiques pour transmettre ce savoir de façon intelligible pour un public large, c’est un rôle de médiateur. De plus, la plupart des expositions d’architecture sont réalisées (scénographiquement) par des architectes… il n’y a qu’à voir l’exposition sur Tschumi… ce qui m’interroge sur le réel recul de ces expositions… !

Il n’y a pas de solutions au problème posé, l’architecture est un art, une science, une discipline d’une telle complexité que la rendre intelligible au plus grand nombre n’est pas évident… et est-ce vraiment le but ? Quand on voit que ces nouvelles institutions destinées à exposer l’architecture sont si récentes, il faut peut-être attendre avant que ces expositions se déploient vers un public plus large. Le problème s’est déjà posé avec l’art contemporain, et la sensation que, sous couvert de vouloir toucher à tout le monde, on finit par ne toucher qu’une tranche avertie de la population. Cela pose la question : Faut-il donc déjà comprendre et connaître l’architecture pour pouvoir pleinement profiter de ces expositions ? Il est clair qu’on ne peut pas utiliser uniquement la photographie et l’image de synthèse pour parler d’un bâtiment, cela ne montrerait qu’une facette des projets exposés…

Ce travail peut mériter une réelle étude des publics dans l’ensemble des institutions qui parlent de l’architecture : Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Pavillon de l’Arsenal, Galerie de l’Architecture, CAUE, Maisons de l’Architecture etc.

En attendant, l’architecture est une chose bien trop importante pour ne pas continuer à l’analyser, la questionner, l’exposer…

J’attends vos retours, impressions, avis sur cette vaste question, celle-ci est bien trop complexe pour ne tenir que dans un article, cela mérite donc bien sûr d’être étudié en profondeur, avec études de cas etc !

Si ce sujet vous a intéressé, vous pouvez télécharger mon mémoire de fin d’étude ici :  Mémoire-LAVELLE

Sujet : La polyfonctionnalité des outils de l’architecture en contexte muséal. L’exemple des collections permanentes et temporaires de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine.


Bibliographie :

– ALLAIN Caroline. 2000. Quelles relations entre une exposition et l’architecture du lieu d’installation. Mem. : DEA : Muséologie. Avignon

– AMPHOUX Pascal. 2003. Exposer l’Architecture, propos autour d’un pléonasme fondateur. Article à lire ici :

http://doc.cresson.grenoble.archi.fr/opac/doc_num.php?explnum_id=44

– COHEN, Jean-Louis. EVENO Claude. 2001 Une cité à Chaillot. Les éditions de l’imprimeur, Besançon.

– DAVALLON Jean. 1996 « L’architecture, objet d’exposition ? » Chap in Bideau Alain (dir.) L’architecture : collection, recherches, programmes. Collection « Les chemins de la recherche» n°38. Montréal : centre canadien d’architecture ; Lyon : Centre Jacques Cartier

– GOETZ Benoît, MADEC Philippe, YOUNÈS Chris. 2009 Indéfinition de l’architecture. Éditions de la Villette. Passage.

– HAMMAD Manar. 2006. Lire l’espace, comprendre l’architecture. Limoges : Pulim

– KINGA Grzech, 2003 la scénographie d’exposition, une médiation par l’espace. La lettre de l’OCIM. n°85 janvier-février pages 25-27

– TEXIER Simon. 2009. L’architecture exposée : La cité de l’architecture et du patrimoine. Paris : Gallimard.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s